Bon bah voilà c'est l'été. Il s'est remis à faire presque beau, c'est un signe. Je dis presque parce qu'on a bien eu quelques jours de cagnard intense la semaine dernière, mais il semblerait que ce soit déjà fini. Juste le temps de me payer une bonne crève liée à une journée mortelle faite de quelques heures en plein soleil à Paris, quelques heures de clim glaciale dans le TGV, et une arrivée sous la pluie à Grenoble. Je me suis couchée avec la voix de Jeanne Moreau.

Mais bon, c'est l'été quand même. Je n'arrive pas à décider si mon été s'annonce pourri en raison des travaux et des cartons qui m'attendent (faire des cartons, c'est un exemple de ce à quoi peut ressembler le purgatoire si tu veux mon avis), ou si au contraire il s'annonce plein d'excitation parce que je vais quand même bientôt avoir ma maison à moi. On va dire un peu des deux mais je dis ça parce que je ne suis pas encore vraiment entrée dans le vif du sujet. On en reparlera quand je serai en train de poncer à la main les lambris du plafond sur un échaffaudage de 3m, je pense que mon opinion sera beaucoup plus tranchée.

Qui dit été dit aussi programmes d'été. Ca fait un moment que TF1 nous balance plusieurs fois par semaine des rediffs des Experts en prime time, ils avaient bien balisé le terrain. En ce moment, et ça va te surprendre, je ne regarde plus trop la télé. Il faut bien le dire, même si j'enfonce des portes ouvertes: y'a que des trucs pourris. Surtout en été. Plus de Koh Lanta, de The Voice ou de Top Chef pour rigoler un peu. Du coup je ne m'arrête que sur quelques comédies romantiques affligeantes avec Pierce Brosnan ou Sandra Bullock, ou des séries débiles diffusées en boucle sur Disney Channel. Je fais ce que j'appelerai du easy watching: je mets mon cerveau en mode automatique, il n'active que les fonctions "suivre des yeux" et "oublier aussitôt". C'est navrant, je sais.

Même au niveau ciné je suis ramollo du cerveau. Je suis dans ce genre de période de ma vie où je crois encore que je suis une cinéphile avertie parce que j'ai vu l'intégrale Kubrick il y a quelques années, et où je me rends compte qu'en fait maintenant je ne fais que mater des films de série Z avec Jason Statham, Nicolas Cage (genre Ghost Rider 2, une sombre merde. Mais vraiment) ou des zombies.

Du coup je suis allée voir le dernier Cronenberg, "Cosmopolis", pour me refaire une virginité cinématographique, et j'en suis venue à m'enthousiasmer pour ses dialogues creux et son style ampoulé. Je n'irai pas jusqu'à te conseiller d'aller le voir, hein, mais ce film a eu le mérite de faire un peu fonctionner mes méninges.

Il faut vraiment que je me ressaisisse.

Bon bref, c'est l'été, et je n'ai rien de bon à regarder.