Dernièrement, j'ai regardé deux films français qui veulent faire ricains: "Aux yeux de tous", qui veut faire thriller post-moderne, et "La horde", qui a choisi le créneau rentable des zombies (je vais bientôt devenir une encyclopédie des films de zombies parce que j'en mate au moins un par semaine, j'y peux rien c'est mon pêché mignon). Bah j'en retire le constat suivant: en France, on a des bonnes idées, mais on ne sait absolument pas les exploiter.

"Aux yeux de tous", par exemple m'avait emballée par son pitch original (même si je restais méfiante eu égard à l'absence totale de mention de ce film dans les médias):

"673 000 caméras de surveillance et des millions de webcams en France. Un hacker anonyme a piraté toutes les caméras de Paris et observe la ville à son insu. Petits délits et moments d'intimité volés, il voit tout. Jusqu’au jour où un attentat dévaste la gare d’Austerlitz. La police se met sur la piste d’un groupe satellite d’Al-Qaïda. Le hacker réussit, lui, à trouver les images de l’explosion et découvre que c’est un jeune couple qui a posé la bombe… A l’aide des caméras de la ville, il décide de traquer les coupables. Sans le savoir il va mettre le doigt dans un terrible engrenage."

Alors voilà l'exemple parfait du film-français-qui-veut-faire-ricain: du thriller, de l'action, du terrorisme, une mise en garde contre les dérives de notre société moderne, un "héros" anonyme qui veut changer le cours des choses, tout y est.

Sauf qu'au bout de 10 minutes t'as déjà envie que le film s'arrête. Because, tout est filmé à partir du point de vue d'une caméra (webcam, caméra de surveillance, etc.) avec le son pourri et l'image floue qui va avec, et soubresauts permanents de caméra en caméra jusqu'à la nausée. Crois moi c'est vite chiant. Avec en alternance au moins 1000 gros plans des yeux et des mains du hacker qui regarde tout ça: méga lourd. S'ajoute à ça un scénario un peu bancal et à moitié incompréhensible (on comprend vaguement qu'il s'agit d'un complot politique avec des hommes de pouvoir corrompus qui ont piégé un pauvre couple tout mignon ayant besoin d'argent pour accomplir leurs basses oeuvres: oui, ok, c'est assez original...), qui ne s'assume d'ailleurs pas (on invente un nouveau pays: l'Estranie, pour ne pas se froisser avec quiconque). Au bout du compte, un soufflé vite retombé, on regrette que la bonne idée de départ ne soit pas tombée entre de meilleurs mains...

Et hier soir, j'ai regardé "La Horde". Voilà le pitch:

"Au Nord de Paris. Décidé à venger la mort d'un des leurs, un groupe de policiers prend d'assaut une tour HLM, dans laquelle s'est barricadée une bande de gangsters, et se retrouve sans le savoir confronté à une horde de zombies. Flics et malfrats n'auront d'autre solution qu'unir leurs forces pour venir à bout de ces êtres terrifiants..."

Bon alors pour être honnête, j'ai trouvé ce film plutôt pas mal sur certains aspects. Déjà les zombies sont super agressifs et assez effrayants, et surtout particulièrement durs à éliminer (un peu dans le style de la mini-série "Dead Set" pour les connaisseurs), ce qui nous change des êtres lents et gauches habituels. Le décor est bien planté: un HLM désaffecté ou presque, à la fois refuge et potentiel tombeau de nos protagonistes, bien glauque et labyrinthesque. Globalement les codes du genre sont respectés: des zombies sortis de nulle part, des survivants qui ne s'entendent pas tous très bien avec les petites trahisons qui font la saveur de tout film de zombies, des "mordus" qui font comme si de rien n'était jusqu'à l'inévitable, une fin peu surprenante mais somme toute classique.

Voyons maintenant là où ça pêche. On retrouve plusiers défauts bien connus des films d'action français: les longueurs, le blabla inutile, les émotions trop lourdingues, les dialogues franchouillards, les stéréotypes. Par exemple la scène d'enterrement du début aurait largement pu être coupée au montage tant elle n'apporte rien à l'histoire. Les protagonistes passent leur temps soit à échapper aux zombies en courant dans des couloirs et en réussissant à fermer des portes in extremis (scène vue au moins 5 fois dans le film), soit à se prendre la tête à coups d'insultes voyous/flics comme si rien de bizarre ne venait de se passer (oui, un mort qui revient à la vie en essayant de nous bouffer, c'est tout à fait normal), voire même à boire des coups de gnôle en discutant le bout de gras chez un vieux déjanté nostalgique de l'Indochine (c'est un peu l'équivalent français du vétéran du Vietnam).

Beaucoup d'effets grandiloquents un peu pompés par-ci par-là (l'immeuble ressemble à celui de Piège de Cristal, on voit la ville en feu depuis le dernier étage comme dans Fight Club...) alourdissent le tout. Et surtout: incohérence totale du scénario. Alors bon je sais bien qu'un film de zombies n'a pas forcément besoin d'une histoire très élaborée, mais quand même, en général les personnages essaient de faire des trucs logiques: chercher un refuge, trouver un remède, échapper au massacre... Bah là non pas du tout: tout ce qui veulent nos héros, à tout prix, c'est sortir de l'immeuble. Pour faire quoi? Mystère. On se doute bien que dehors c'est le bordel, d'ailleurs on voit tout un tas de fous enragés se diriger vers le building, mais eux ils veulent sortir. Ah aussi, même arrivés à la fin du film, ils n'ont toujours pas compris qu'il faut tirer partout ailleyrs. Sont ben un peu concons quand même.

Enfin bon, voilà encore un film au potentiel intéressant mais mal exploité.

A l'instar des séries TV, il faudrait que nos réalisateurs frenchies (et les producteurs qui tirent les manettes derrière) aient un peu plus de cran (j'allais dire un autre mot qui rime avec quenouille mais ce blog sait se tenir. Parfois) et mouillent leur chemise un peu plus que ça. Allez au boulot les gars!

Sinon hier j'ai vu Skyfall et y'a pas à tortiller: ils savent faire du cinoche nos amis outre-atlantiquois.