Alors NORMALEMENT, mon week-end aurait dû se dérouler de la façon suivante:

Samedi matin je serai allée à la marche nordique, retrouver mes copines et notre super coach que j'ai pas vues depuis DES MOIS, que c'en est même scandaleux. Depuis la rentrée, y'a deux horaires le samedi matin: 7h30 à 9h30 pour les balèzes, et 10h-12h pour les nuls. Moi, avec mon expérience, mon endurance et ma maîtrise du bâton, j'y serai allée de 10h à 12h. Normal.

Je serai rentrée vite fait me prendre une petite douche et manger un bout, et j'aurai ensuite filé à la dentelle (ahah t'as compris le jeu de mots pourri ?). Parce que, dans ma soif inextinguible de connaissance des arts du fil et de l'aiguille, cette année j'ai envie de découvrir la dentelle. Et ça tombe bien, y'a un cours pas loin de chez moi pour apprendre une fois par mois pendant 5h le samedi après midi. Oh yes c'est pour moi ça. Et le premier cours de l'année, bah c'était samedi dernier. Le prochain c'est le 19 octobre, faut pas louper le coche.

Après cette journée bien remplie, je serai rentrée chez moi avec la satisfaction que procure une journée productive. J'aurai ensuite regardé un bon petit film et j'aurai dormi du sommeil du juste.

Le dimanche, j'aurai fait une bonne grasse mat' pour recharger les batteries pour la semaine à venir. J'aurai ensuite préparé un bon déjeuner avec les légumes qui trainent dans le frigo et qui ne demandent qu'à être cuisinés depuis pas mal de jours.

J'aurai ensuite passé mon après-midi à admirer les fous des airs à la Coupe Icare en bavant sur les mongolfières parce que j'aimerai tellement monter dedans. 

Voilà, ça c'était mon plan pour le week-end dernier.

Au lieu de ça, j'ai passé mon samedi matin à attendre un crétin qui devait venir acheter la gazinière, qui s'annonce comme une fleur alors que j'étais encore en pyjama, des morceaux de céréales plein la bouche, et qui finit par s'apercevoir que c'était un four à pyrolyse et qu'il avait pas la prise adéquate, alors que c'était ECRIT dans l'annonce bordel. Ensuite, j'ai rangé des outils, nettoyé des pinceaux (avec du white spirit, c'est vraiment la merde), passé le balai et repassé le balai parce la poussière c'est pernicieux.

Puis, après manger, je me suis lancée dans une tâche qui paraissait pas trop pénible: nettoyer la salle de bain de ma nouvelle maison (avant emménagement prévu samedi prochain). Alors pour te planter le décor, sache que cette salle de bain fait environ 5m², qu'elle contient WC-douche-lavabo et 2 minis placards, et qu'elle est toute de lambris et de faïences vêtue (années 70 power). Rien de bien méchant en somme. Ahah, ERREUR! J'ai mis UNE JOURNEE à la faire, bon sang de bon sang. Jamais vu une telle crasse. Pendant ce temps mon cher et tendre n'arrêtait pas de m'interrompre: j'arrive pas à nettoyer la cheminée, l'aspirateur ne va pas jusque dans les coins, c'est trop chiant, c'est trop long, j'en ai marre de laver des placards. Bon alors écoute, mon chéri, comment te dire? DEMERDE TOI.

Le soir, éreintés, on s'affale sur le canapé et on se cale un petit film, sympa, pour se détendre. Ahah, ERREUR, again. On a regardé un film super dur sur un ado qui devient hyper violent ("Neds"). Bon tu me diras, avec le réal de "Magdalene Sisters" aux manettes, on aurait pu s'en douter. Mais autant te dire que ça ne nous a pas DU TOUT détendus.

Après une nuit pourrie par le stress, on s'est levés à 8h pour une nouvelle journée de ménage intensif. Le midi, au lieu de manger les légumes qui nous supplient pourtant de mettre fin à leur calvaire dans le frigo, on s'est décongelés du gratin dauphinois et des steacks. Et le soir, ce fut pizza et glace. Amis de la nutrition, bonjour. Mais bon, faut bien vider le congel, hein. (comment ça y'a aussi des haricots verts et du poisson surgelés? Ah oui, j'avais pas vu...).

Voilà, un week-end bien naze en résumé. Bon ok, promis, à partir du week-end prochain j'arrête de geindre sur mes histoires de travaux et de maison, mais en attendant je continue à tenter de me faire plaindre un peu. Ca marche ou pas?