Et voilà, pour toi public, mon petit résumé lol du 2ème épisode de Koh Lanta. Au menu ce soir: du jus de bigorneau, la guerre du feu, et du riz qui refuse de cuire dans de l'eau froide.

Mais commençons par un des moments les plus savoureux de chaque épisode: le debrief post-conseil de l'équipe qui a dû éliminer quelqu'un. En l'occurrence, si tu as bien tout suivi (sinon tu peux lire mon récap de l'épisode 1, enfin bon tu fais ce que tu veux), c'est Babeth qui est sortie la semaine dernière, en plus pas de pot elle s'est faite licencier à son retour en France pour abandon de poste, y'a des périodes comme ça où tout chie. Et Marc est tout étonné parce qu'on l'a pas mis au jus de ce vote collectif, en même temps il suffisait de poser la question aux autres aussi, ça s'appelle la concertation. Des fois quand même, je me demande si les candidats sélectionnés regardent les anciennes saisons de Koh Lanta. Parce que bon, le mythe de chacun qui vote en son âme et conscience au conseil y'a longtemps qu'il a pris un coup dans l'aile: si tu te concertes pas avec les autres, tu fais un vote dissident et ça porte jamais bonheur ça. C'est comme chaque année on a l'impression qu'ils découvrent le tir à l'arc ou comment se servir d'une boussole, alors que CHAQUE ANNEE, ça tombe comme épreuve. Faudrait quand même tirer des leçons les gars. Bref, tout ça pour dire que Marc se trouve un peu con d'avoir voté Isabelle alors que tout le monde a voté Babeth. Mais elle la joue cool Isabelle, elle fait celle qui est pas vexée, mais si tu veux mon avis à un moment ou un autre ça va ressortir.

Pour redorer son blason, Marc décide de faire du feu, parce qu'après tout pourquoi pas. Et là, pouf, en 2 minutes c'est plié, il a allummmééééé le feuuuu, alluuuummmééééé le feuuuuuuuuuuuu! Joie, bonheur, alégresse, Marc est un héros et tout va bien. Enfin non, pas tout. Parce que qui dit feu dit riz, et oui. Et là on arrive à l'épineuse question de la gestion du riz, un runing gag qui reviendra tout au long de l'épisode parce que, une fois encore, ces gros malins n'ont rien appris du passé et pensent que se faire des énormes gamelles de riz relève d'une tactique rationnelle et fiable, comme quoi quand on a faim on fait nimp'. Christophe-chouchou (coeur, love) a faim, alors Christophe-chouchou veut faire plein de riz, mais Mélissa lui rappelle qu'il faut rationnaliser. Alors Christophe-chouchou il part bouder un peu, Mélissa le rejoint, et alors il s'excuse à mort et il lui fait un gros calin. Moi aussi je veux m'embrouiller avec Christophe-chouchou, héhé ;-)

Sur ces entrefaites, une bouteille à la mer arrive pile-poil sur la plage des candidats, à se demander par quel miracle marémoteur un tel phénomène aussi récurrent sur Koh Lanta peut bien se produire, et annonce la première épreuve, celle de confort. MAIS attention, avant ça, pour une raison totalement gratuite et inconnue, chaque équipe doit virer une nana et un mec de l'autre équipe, qui sont envoyés sur une île des bannis. Et oui, un jour t'es un héros, et le lendemain tu te retrouves au ban de la société, belle métaphore de notre cruelle société. C'est donc Vanessa, Cédric, Manon et Sébastien qui font les frais de cet ostracisme. Deux jolies filles et deux beaux mecs, peut-être que TF1 s'est dit qu'ils tenaient un truc là. Genre un concept avec une île et des couples, enfin bon peut-être que ça a déjà été fait?

Pendant ce temps, les autres se coltinent la première épreuve. En gros il faut porter une grosse vasque de feu, un peu comme la flamme olympique mais en version encombrante, et allumer un truc retenu par un système ingénieux de fils et de plaques de plâtre (oui, y'a du cerveau qui cogite sur les épreuves). Benoît commence à sortir de l'ombre (j'ai foi en son potentiel, je te le dis depuis le début), puisqu'il tente de gruger en toute mauvaise foi, dénonçant même son petit camarade Alban qui lui a respecté les règles. Bam, 10 secondes de pénalité pour les rouges, han les boules. Mais au final c'est quand même eux qui gagnent parce que Christophe-chouchou est un peu nul au lancer de massue, mais bon on peut pas être parfait en tout non plus hein. Donc les rouges ont le feu, les jaunes aussi, c'est la fête.

Les rouges profitent de leur première gamelle de riz, ils s'enfilent une bonne platrée, c'est le bonheur total. Jeff et Nessim passent leur temps à se baigner dans une flaque boueuse en se disant des mots doux, ça sent la bromance à plein nez ça.

Pendant ce temps, nos 4 bannis ont été largués sur une île hostile et tentent de faire cuire du riz dans de l'eau froide, autant te dire que c'est une idée con. En plus pas de bol, la jungle les rejette en leur envoyant des guêpes mutantes, Vanessa et Manon se font piquer ce qui donne une bonne raison au cameraman de faire des gros plans sur leur cul. Ils sont un peu dépités les pauvres loulous, alors la prod' leur envoit un grapin pour s'occuper. Oui ok, why not.

Chez les jaunes, Christophe-chouchou veut faire de la soupe de coquillages, mais Isabelle elle trouve qu'il met trop d'eau alors elle le lui dit, mais Christophe-chouchou il fait ce qu'il veut alors il met quand même de l'eau, mais finalement il avait mis trop d'eau et Isabelle ça l'agace alors elle part pleurer sur la plage et finalement y'a embrouille. Le gros nimp'. Mais bon comme toujours, une embrouille avec Christophe-chouchou se termine par des grosses excuses de sa part et un gros calin. C'est vraiment un petit coeur ce mec.

Sur ces entrefaites culinaires, la 2ème épreuve arrive. Cette fois il faut que chaque équipe se tienne à bout de bras à un bâton, les pieds sur une planche penchée. Pendant que Mélissa donne des conseils avisés à son équipe jaune, du côté rouge c'est le gros mindfuck. Oui, parce que bon, c'est déjà pas assez relou de soutenir son propre poids à bout de bras, eux ils décident d'ajouter de la difficulté: les filles s'accrochent aux garçons. Comme ça ils portent deux poids, sacrément futé pour bien tétaniser du bras rapidement. Bon tu l'auras deviné tout seul parce que t'as au moins 2 neurones actifs contrairement à l'équipe rouge, évidemment c'est la cata et ils tombent comme des couillons et ils perdent. Les jaunes n'en reviennent pas d'avoir gagné, ils hurlent leur alégresse, c'est trop ouf.

Les rouges s'en vont donc la queue basse, mais pour se remonter le moral ils se font à nouveau une bonne gamelle de riz. Marie-Anne qui fait la popote trouve ça bizarre de pas compter les rations, mais bon tout le monde ferme sa gueule et est bien content d'avoir une bonne assiette, alors ça passe. Jeff la grande gueule fait des calculs de sioux en considérant que plus le temps va passer, plus il va dégommer ses congénères, et donc plus il aura de riz pour lui tout seul. Il est même du genre à prévoir les repas APRES les conseils, comme ça celui qui dégage laisse sa part. Un garçon charmant ma foi.

Et pis finalement Marie-Anne veut en avoir le coeur net, elle comptabilise le riz restant et se rend compte qu'ils ont mangé 1/3 du riz en 2 repas! Et oui les mecs, ça vous paraissait pas louche d'avoir des parts énormes alors que chaque année on les voit manger des tous petits coquillages?! Nan mais y'en a qui se posent pas de question quand même. Et bon, du coup il faut bien un bouc émissaire et c'est Marie-Anne qui fait les frais de ce jemenfoutisme généralisé, alors qu'elle n'y est pour rien, du coup elle dégage. Jeff nous annonce aussi l'élimination prochaine de Corinne, parce que y'a pas de place pour les faibles ici. C'est marrant c'est toujours les enfoirés qui sont dans les équipes rouges, c'est pareil chaque année. Le rouge ça énerve c'est bien connu. En même temps elle me saoûlait Marie-Anne, comme Isabelle d'ailleurs, elles passent leur temps à chouiner et à ne pas se remettre en question. Donc bye bye Marie-Anne!

Pendant ce temps, me diras-tu, que se passe-t'il chez les bannis? Bah rien, ils s'entraînent au grapin et on leur annonce une épreuve éliminatoire juste pour eux quatre, comme ça pour le fun. Affaire à suivre donc.

Voilà c'est tout pour aujourd'hui, je rend l'antenne, à vous Cognacq-Jay.