Voilà voilà, Koh Lanta c'est reparti mon kiki et j'ai enfin trouvé le temps de mater le replay du 1er épisode. Oui parce que bon vendredi soir je pouvais pas j'avais mojito au bar de mon hôtel des Baléares. Et ouais, je sais, ça claque. Mais là ça y est je suis rentrée, un peu jetlaguée du décalage horaire France/Espagne (comment ça y'en a pas?), le visage joliment hâlé rougeaud avec le nez qui brille des vacances, j'ai repris le boulot et tout ça n'est plus que souvenirs désormais. ANYWAY. Koh Lanta disions-nous.

Tiens attends, avant je m'autorise un petit aparté, parce qu'après je le sais bien, je n'aurai plus toute ton attention. Déjà pour te rappeler que le mot apparté est du genre masculin, et ensuite pour te dire que je suis bien contente que tu me lises, toi là-bas vautré dans ton canap ou qui glande au boulot en lisant des blogs débiles. Oui je sais, je ne le dis que trop peu, mais n'empêche merci. Parce que souvent j'ai un peu l'impression d'écrire dans le vide, genre je lance des conneries sur le world wide web mais en fait tout le monde s'en fout (et a raison, au fond, hein, on est d'accord). Mais en fait j'ai noté un incroyable pic de fréquentation du blog samedi alors que moi j'étais tranquillement en train d'attendre mes bagages à l'aéroport de Lyon, ce qui me fait supposer que, PEUT-ETRE, mes digressions kohlantiennes intéressaient des gens. C'est cool.

ANYWAY. Koh Lanta, j'y viens.

Tout commence donc bien logiquement par l'arrivée de nos valeureux candidats sur un magnifique voilier, et ça commence déjà à se jauger. Certains n'en reviennent pas qu'Isabelle ait 54 ans (moi j'en reviens pas de son ventre plat sans vergetures après 4 gamins, mais c'est quoi son truc, l'huile d'amande douce? Je VEUX savoir - non pas que j'ai l'intention d'avoir 4 gosses remarque bien, mais bon, quand même c'est quoi l'astuce?). Jeff tacle d'entrée ses camarades en nous disant qu'il y a de "bonnes têtes de vainqueur", bon esprit. Je l'aime déjà celui-là, c'est un peu le nouveau Claude: un mec trop fort et méchant à la fois, ça annonce du bon pour la suite.

Et là, arrive Deudeu Grognart, le chevalier blanc dans son hélicoptère fringuant, qui leur parle à 150 mètres de haut avec les pales en mouvement juste au-dessus, va falloir m'expliquer comment on a pu l'entendre mais passons. Alors bien sûr il est hors de question que Deudeu prête son hélico, même si y'a encore de la place dedans et que ça dépannerait bien les pauvres candidats parce que c'est pas cool d'arrêter le navire à 800m de la côte. Nan, il est pas prêteur Denis. Il laisse ces braves gens nager avec leurs sacs à dos et leurs chaussures, d'entrée c'est tout mouillé et flingué par le sel de la mer, merci hein, franchement.

Deudeu nous explique que l'endroit est un ancien spot de pêcheurs et que les candidats ont le droit de piller rapporter tout ce qu'ils trouvent pour leur campement. Bon, en vrai ça ressemble plus à d'anciens bunkers de la WWII devenus des squats de hippies à djembé hein, on va pas se mentir. Les candidats sont contents, y'a des citrons, des bouts de ficelle et des palettes pourries, c'est trop le paradis. Et pis surtout, planquée dans ce dépotoir que moi perso j'y mettrai pas les pieds, y'a une petite bouteille avec un message caché pour le chanceux qui la trouvera.

En l'occurrence, c'est Cédric qui la dégotte, tu sais le "parisien stratège". Et là en fait surprise, c'est trop ouf, en vrai y'a deux messages dans la fiole, tu t'y attendais pas à celle-là hein : le premier qui lui apprend qu'il va former les équipes, et le deuxième qui sera sa botte secrète et qui le rancarde sur l'emplacement d'un collier d'immunité.

Bon en vrai le premier message c'est un peu du flan parce qu'en fait il a juste le droit de choisir le capitaine de l'autre équipe, et ensuite ils choisissent à tour de rôle leur coéquipiers. Cédric fait son auto-promo en nous disant qu'il a un leadership naturel et que de par sa profession et son expérience, il saura assumer son rôle de capitaine haut la main. OK si tu veux. Et il choisit Christophe comme challenger. Alors je te le dis d'entrée, je suis déjà un peu amoureuse de Christophe, c'est TOTALLY mon style de mec (oui une midinette sommeille en moi, qui l'eut cru?). C'est donc mon chouch' jusqu'à nouvel ordre. Ne me déçois pas Christophe.

Comme toujours dans ces cas-là, les mecs balèzes sont choisis en premier, puis les jolies filles, puis les autres, tu sais les vieux et les moches, ceux qui passent leur temps à rabacher que "le mental aussi ça compte" parce que c'est leur seule bouée de sauvetage. Y'a que Loïc qui bizarrement échappe à cette logique puisqu'il est choisi en dernier alors qu'il est jeune et plutôt mignon (et c'est un compatriote à moi de surcroît!), c'est étrange. Je dois avouer que l'équipe des jaunes m'est déjà plus sympathique que l'équipe de mercenaires rouges,  mais aussi c'est celle de mon chouch" alors forcément.

Bon bon bon. Les équipes étant faites, plaaaaaace au jeuuuuu!!!! (imitation rédigée et un peu naze de Julien Lepers, pour ta gouverne).

La première épreuve consiste à porter des gros sacs en binôme pour libérer-délivrer un panier de fruits et récupérer tout le matos récolté dans les bunkers. Ce sont les rouges qui gagnent finalement, mais  il faut dire aussi qu'ils avaient trouvé le bon truc pour soulever les fesses des filles qui devaient accrocher les sacs alors ça les a bien aidés. Ceci étant fait, chacun part sur son petit camp respectif, plante son petit drapeau, et fait sécher son linge qui est tout mouillé à cause de l'égoïsme de Deudeu Grognart ci-avant évoqué.

Chez les rouges un certain flottement apparait puisqu'il n'y a que deux filles qui partent chercher de l'eau alors que les autres on sait pas trop ce qu'ils foutent mais toujours est-il qu'ils installent le campement à un emplacement hautement non stratégique recouvert par l'eau à marée haute. Même que Cédric y perdra ses godasses et que le drapeau a pris une claque et ressemble désormais à un vieux torchon rincé à la boue. Ca commence bien.

Chez les jaunes en revanche, c'est l'heure qu'attendait Marc depuis des années, c'est son grand moment, ça y est il va pouvoir enfin donner une justification à toutes ces heures passées dans son jardin de derrière à peaufiner ses techniques de sioux. Et il attaque fort d'emblée, le Marc, puisqu'il arrive à ouvrir une noix de coco à la machette. Wouaaaaah mec c'est crazy, une noix de coco à la machette quoi! Loïc veut essayer mais Maître Jedi Marc veille et lui dit attention petit scarabée, tu vas te couper les doigts et après faudra pas venir chialer parce que tu tiens ta noix de coco nimp'. Ca sent le paternalisme bon teint, et y'en a deux qui disent rien mais qui n'en pensent pas moins c'est Isabelle et Babeth.

Sur ces entrefaites, la deuxième épreuve arrive. Il faut encore porter des machins lourds, mais sous l'eau. Corinne ne peut pas participer parce qu'elle s'est pris un coup d'arc dans l'oeil, c'est quand même très con. Là aussi c'est la grosse pâtée pour les jaunes mais faut dire qu'ils ont fait un peu n'importe quoi c'était le gros bordel. On a eu quand même quelques beaux plans séquence sur les jambes de gazelle de Manon courant sous l'eau, et je dois dire qu'elle m'a un peu impressionnée pour le coup.

Ca fait donc deux défaites pour les jaunes, c'est moche, et ils se retrouvent au conseil. Marc qui est fort en noix de coco mais un peu nul en stratégie vote solo contre Isabelle; Isabelle et Babeth votent contre Marc, et tous les autres votent contre Babeth. C'est donc Babeth qui sort et à vrai dire c'est assez logique: elle a bien planté l'épreuve sous l'eau et ensuite elle a passé son temps à traiter les jeunes de "gamins" et à leur expliquer qu'ils étaient cons comme la lune parce qu'ils étaient pas capables de voir qu'ils étaient manipulés par Marc. Donc ciao Babeth! La sentence de tes coéquipiers est irrévocable.

Voilà pour ce premier épisode. Un petit mot sur les aventuriers vite fait parce qu'au fil de l'épisode on a eu droit à leurs portraits:

  • Jeff apparait déjà comme le grand méchant qui aime être comparé à Moundir. Mais n'oublions pas qu'à 32 ans, il habite encore chez ses parents, ce qui permet de relativiser.
  • Marc c'est le mec insupportable qui donne toute sa saveur à Koh Lanta. Juste pour ça j'espère qu'il ira loin.
  • La pauvre Mélissa a une voix pourrie et un look improbable, mais elle me plait bien.
  • Cédric a une tête de félon mais en même temps il a caché à la prod' qu'il avait fait de la tôle alors de base ça partait mal.
  • Benoît n'a pas encore été mis trop en avant mais mon instinct me dit qu'il fera parler de lui.
  • Margot me saoûle déjà.
  • Je sens qu'Alban va nous faire rire. Déjà son portrait était trop chelou, on le voit rire comme un idiot avec ses copains pendant 5 minutes, même mon mec a relevé les yeux de son livre en me disant "c'était bizarre ça non?".

Allez, vivement demain.