Bon tu auras remarqué que j'ai été peu prolifique sur le sujet de Top Chef. En fait, pour être franche, je n'ai vu que le premier épisode. Vu la durée de l'émission (3h quand même), je suis moyen tentée par le replay. Donc bon, ce sera sans moi sur ce coup ci. Note que je le vis bien, quand même hein.

En revanche, je me rattrape grave sur The Voice, parce que faut pas déconner hého. Après examen attentif des premiers épisodes de cette nouvelle saison, je pense être en mesure de te livrer mon analyse sociologique de la chose (attention, toute rigueur scientifique et toute légitimité sont exclues de cette analyse).

Des catégories de candidats se dessinent très nettement, et tu sais à quelle point j'aime catégoriser les gens. C'est mal, je sais. Voilà le fruit de mes cogitations du samedi soir, devant ma télé et derrière mon tricot.

On a donc, cette année:

Le bébé

Le bébé a 16 ans, il porte un slim et des converses, et sait gratouiller trois accords sur la guitare que son tonton lui a offert à Noël. Il est tout mignon et attendrissant, certes, mais a une facheuse tendance à vouloir arrêter le lycée pour se consacrer à la musique.

Comme dirait mon père, qu'est pas le dernier en matière de prosaïsme : passe ton bac d'abord, on en reparle après. Parce que sinon: hypothèse A (la plus probable) tu ne réussis jamais à percer dans la musique et tu te retrouves Gros-Jean comme devant (je t'ai déjà avoué cette passion que j'ai pour les expressions désuètes?), ou bien, hypothèse B, tu réussis et tu n'arrives pas à placer deux phrases sensées dans une conversation parce que tu es un peu ignare sur les bords (ça n'a jamais empêché Vanessa Paradis de faire une carrière, mais quand même, ça se voit).

Le naufragé des comédies musicales

Cette catégorie, relativement nouvelle, est en pleine émergence. The Voice devient un peu le rocher auquel vienne s'accrocher tous les naufragés au chômage des comédies musicales. On récupère donc Cendrillon, du spectacle éponyme (Aurore Delplace, qui en a marre de jouer les princesses, petite bichette); celui qui faisait le serpent (le SERPENT? Seriously??) dans Adam et Eve (Francis Lalanne...euh non Nuno Resende); Van Helsing de Dracula (Van Helsing??? pfff nan mais SANS DECONNER quoi) qui n'est autre que celui qui a choisi de prendre le même pseudo qu'un chanteur à succès, c'est futé ça (Ayme); accompagné de son petit camardade l'"ange" du même pestacle (Florent Torres).

Il faut d'urgence arrêter de produire des comédies musicales à tour de bras, parce qu'à l'instar de l'uranium appauvri, le chanteur qui en ressort est difficile à recycler.

En même temps, on a bien Garou dans le jury, j'ai envie de dire la boucle est bouclée.

Le has-been

C'est une catégorie très proche de la précédente. Elle regroupe ceux qui ont eu une carrière fulgurante dans les décennies passées et qui voudraient bien revenir sur le devant de la scène. Trop peu connus pour figurer dans la tournée Stars 80 (qui déjà ratisse large, dans le genre has been), trop vieux pour être vraiment dans le coup, une tête qui nous dit vaguement quelque chose sans trop mettre le doigt dessus, le has been aimerait bien renaître de ses cendres mais a plutôt tendance à se vautrer royalement. On peut citer celle des L5 et celui des G Squad, tiens j'en ai déjà oublié leur nom mais toujours est-il qu'ils se sont fait éjecter en beauté. Pour l'instant y'a que Kareen Antonn qui a décroché son ticket, mais bon elle connait Bonnie Tyler alors respect. Spéciale mention pour Esther Galil qui a réussi à se ramasser en chantant sa PROPRE CHANSON. Chapeau l'artiste.

Le "fils de" en mal de reconnaissance

Voilà une catégorie fort intéressante qu'on ne retrouve que dans The Voice. Au prétexte de ne pas vouloir utiliser les pistons de papa-maman pour faire carrière, les fils-de/filles-de viennent tenter leur chance dans un casting à l'aveugle. Ce que l'histoire ne nous dit pas, c'est que peut-être finalement papa-maman n'a pas tant de pistons que ça (la pauvre Hélène Ségara n'a pour seule actu depuis quelques années que la tournée des Enfoirés, je ne vois pas trop comment elle pourrait utilement conseiller son fils en matière de carrière...) ou alors le rejeton n'a tout bonnement pas de talent, ce qui peut arriver hein. Sophie Tapie pousse pas trop mal la chansonnette, je le reconnais, mais je crains pour elle que son nom de famille ne la desserve grandement si elle arrive jusqu'au vote du public.

Le quarantenaire en pleine crise

Lui il est très facile à identifier: il n'est plus tout jeune, il touche pas mal en musique mais il n'a jamais réussi à aller plus loin que chanteur de mariage/ choriste/ doublure de comédie musicale/ employé municipal/ chanteur de salle de bain (raie la mention inutile). Il se dit que The Voice c'est sa DERNIERE chance sinon sa vie, ses sacrifices, toussa toussa, n'auront servi à rien. Il nous couve donc une déprime sévère bien latente, et l'histoire ne dit JAMAIS ce qu'ils sont devenus par la suite. Ca doit pas être beau à voir si tu veux mon avis.

Le weirdo

Le weirdo, c'est celui qu'on attend tous. C'est l'OVNI, celui qui sort de nulle part et qui fait des trucs chelous. Avouons-le, c'était déjà ce qui nous poussait à regarder la Nouvelle Star à la grande époque, tous ces saltimbanques qui font peur aux braves gens bien comme il faut. Cette année on n'en manque pas: Luc Arbogast qui aurait dû aussi tenter le casting de Game of Thrones vu qu'il a déjà les costumes; Lord Bitum le rappeur blanc de la té-ci de Bergerac, tavu; Alexandre Chassagnac le militaire à la voix de castrat qui chante de l'opéra; Caroline Rose la Lolita punk-rock, etc. Spéciale mention aux triplés, on nous l'avait jamais faite encore celle-là.

Le bankable

Le bankable rejoint souvent la catégorie des bébés. C'est celui qui fait briller des étoiles dans les yeux avides des producteurs qui se disent, tiens, celui-là il peut nous rapporter de l'argent en masse. On le reconnait facilement: il est nécessairement jeune, nécessairement beau, et fait l'objet de toutes les attentions des caméras pendant l'émission. Il récoltera majoritairement les votes du public lors des primes et éradiquera à lui tout seul tous les espoirs des moins jeunes ou des moins beaux de gagner un jour The Voice. Cette année on peut déjà citer Jude Todd (un prénom culte avec un nom de crapaud, pas de bol), Stefania la belle grecque; Louane la fontaine à larmes; Laura Chab' la mignonette; Baptiste Defromont le branleur, etc.

Le porteur de bagages

Le porteur de bagages traine des grosses casseroles derrière lui et la prod' ne se gêne pas pour en faire étalage au grand jour comme si c'était tout à fait normal. Chaque émission de télé-réalité, chaque télé-crochet, nous amène sa floppée de porteurs de bagage, pire qu'à la Part-Dieu un week-end de départ au ski. Cette année, outre le militaire qui a dû falsifier sa voix pour donner des ordres à ses hommes (je m'en remets toujours pas, là), on a eu droit: au petit frère trisomique; au tonton décédé avec en bonus ses enfants orphelins venus assister en direct à la vautrade de leur cousin (mais si, souviens toi, un rouquin plutôt mignon); à la grande soeur partie vivre à Londres (trop dur, quoi) mais qui finalement est revenue (ah, ouf!); à celle qui n'arrive plus à marcher; à celle qui s'est fait renier par ses parents parce qu'elle a divorcé (fille de Satan!), etc etc.
Je me demande quand même comment ils en arrivent à un tel déballage public: est-ce qu'on leur demande pendant les castings quel est le pire drame de leur vie, ou est-ce qu'ils décident d'exposer ça tous seuls à la face du monde? Je préfère ne pas avoir la réponse, remarque.

Le revanchard de la vie

La catégorie typique de tout concours: le revanchard vient là pour prouver à "tous ceux qui lui ont fait du mal" dans le passé qu'il n'est pas si moche/nul/bizarre que ça. Ce genre de personnes n'attirent aucune compassion de ma part: je déteste les gens aigris ou geignards. Et puis si on se mettait tous à faire ça, t'imagine comme le monde deviendrait ingérable. Parce qu'alors moi aussi je peux m'inscrire à des émissions de télé pour prouver à Gaëtan M., 4ème B, que mon jogging rose fuschia et vert bouteille était très beau pour son époque et je l'emmerde; ou à Aurore P. que non, ce n'est pas parce que mes parents n'avaient pas de télé qu'ils sont pauvres, sombre idiote. Mais je le fais pas, tu vois, je reste digne malgré mes blessures de jeunesse. J'invite donc tout candidat potentiel qui a une revanche à prendre sur la vie de s'abstenir de participer à des concours télévisés. Pour un monde meilleur, d'avance merci.

 

Bon, j'avais prévu de faire aussi un pitch sur les membres du jury, mais là j'ai la flemme. La prochaine fois, peut-être si t'es sage.