Oui, oui, oui, encore et toujours Top Chef. Promis je reviens avec du post classique tout bientôt. Ouais je sais, le côté vague de cette anonce fait furieusement penser à une promesse électorale, mais c'est de saison que veux-tu.

J'étais contente parce qu'hier avait lieu l'épreuve mythique de l'émission s'il en est: la guerre des restos. Mais j'y reviendrai. Commençons par la première épreuve, qui permettait de gagner l'imunité. Il s'agissait de cuisiner pour la "fine fleur" du tennis français des plats froids cuisinés dans le fief de Top Chef mais dressés ensuite directement à Bercy.

Jean, en bon arriviste prêt à écraser quiconque sur son passage, s'est rué comme un forcené sur le saumon. Mais une fraction de second plus tard, il est dépité de constater que Norbert a eu une idée plus lumineuse que lui en prenant du poulet. Ce dernier, très fier de sa trouvaille, a d'ailleurs longuement disserté sur les relations intimes qu'entretiennent les sportifs de haut niveau (dont il fut, selon lui) avec la volaille, en incluant Guy Roux dans l'histoire, c'était un peu déroutant. Les autres candidats ont pris les produits qui restaient, pas le choix, mais bon ils courent moins vite et ont de moins longs bras aussi, alors.

Bizarrement, ils ont tous eu, ou presque, la même association d'idée géniale: cuisiner pour des sportifs = faire des pâtes. Roh ben dis donc, j'y aurai jamais pensé, c'est fou hein. Et puis aussi des légumes partout, pour le côté sain tout ça. Y'a que Noémie qui ajoute un peu de gras à son histoire, ce qui a l'air d'avoir bien emballé nos sportifs d'ailleurs. Cyril Lignac, qui s'est prêté au jeu en préparant la même épreuve, s'est un peu foutu de notre gueule en cuisinant un plat sain "sans matières grasses" (dixit) alors que ce n'est ni plus ni moins qu'une viande marinée dans de l'HUILE. Faut pas nous prendre pour des jambons de Bayonne Cyril!

Pendant toute l'épreuve, Jean n'en pouvait plus parce que le tennis c'est son dada si j'ose dire. Il s'imaginait déjà échanger quelques baballes avec les rois de la raquette, mais ça a juste fait marrer nos champions. Bon j'avoue que pour ma part le tennis c'est pas du tout mon truc, j'ai jamais rien compris aux règles d'ailleurs (n'essaie pas de m'expliquer, de nombreuses personnes s'y sont cassé les dents avant toi). Mais ils avaient l'air sympa ces tennismen, en fait. Personne n'a osé faire de blague sur les kinder buenos à Tsonga, ni lancé un petit "on partage?" de derrière les fagots, et quelque part j'étais un peu déçue.

En définitive, c'est Tabata qui a remporté l'épreuve avec sa salade de pâtes et ses petits légumes, comme quoi finalement c'était une recette qui marche. Ou alors les tennismen sont trop formatés pour manger autre chose.

Place maintenant à mon épreuve fétiche: la GUERRE DES RESTOS! Tadam! En deux mots: les candidats avaient 48h pour créer un resto de toute pièce (déco, nom, menu) à partir d'un local donné. Ouais déjà dit comme ça c'est chaud. Mais cette année en plus ils ont corsé les règles, pour les rendre vraiment perverses (je vous le redis: la personne qui les édicte est un grand malade). Au lieu de concourir en 2 équipes de 3, cette fois-ci c'était 3 équipes de 2. Ca a l'air de rien, mais déjà l'épreuve à 3 était difficile les années précédentes, alors à 2, bonjour. MAIS surtout, une de ces 3 équipes, après avoir bossé comme des malades pendant 48h, n'aura même pas l'occasion d'accueillir les jurés, qui devront d'emblée écarter un resto dont la déco et la carte ne les aura pas emballés. Oui, donc une des 3 équipes aura préparé de la bouffe pour 16 personnes pour rien: bravo M6, belle mentalité.

La préparation des restos est toujours un grand moment. Jean se transforme en une sorte de compétiteur puissance 1000 qui fait vraiment peur. Il est prêt à tout pour gagner, ce garçon. J'ai cru qu'il allait trucider Norbert dans le magasin de meubles pour avoir des chaises vertes. Mention spéciale à Tabata qui s'est défoncée comme une malade pour l'épreuve tout en se faisant traiter comme une boniche par Jean (elle n'a même pas touché aux fourneaux!) alors qu'elle n'avait rien à y gagner parce qu'elle avait l'imunité.

De leur côté, Cyrille et Carl ont mené leur petite vie pépère en préparant un petit resto mignon tout épuré. Ils ont eu un petit problème de chaise (héhé!) mais sinon globalement ça a roulé pour eux.

Pour Norbert et Noémie, en revanche, ça a été plus compliqué. Ils ont mis de côté toute fierté pour obtenir des ristournes sur la bouffe, c'était très marrant. En revanche, ils ont commis l'ERREUR à ne pas commettre. Je l'ai vue venir dès que Noémie a parlé d'un resto "nature". Petit retour en arrière: c'était déjà l'idée de Ronan, Pierre-Sang et Paul-Arthur l'an dernier, qui avaient élaboré un resto avec du vert partout, des petits branchages et des lapins vivants qui courent en liberté. Et ils s'étaient lamentablement vautrés parce que c'est pas de très bon goût de faire gambader de la nourriture potentielle à côté des convives. Et bah dans la même lignée des idées à la con, Noémie a eu envie de tout peindre en vert fluo, de mettre des petits branchages partout et des poissons vivants sur les tables. Y'en a qui auraient dû réviser leur Top Chef...

Donc bon ben logiquement c'est le resto de Noémie et Norbert qui n'a pas accueilli les jurés. Hop, direct en dernière chance. J'avoue que le vert qui pique les yeux ne m'aurait pas non plus incitée à entrer dans ce resto même si nos 2 candidats me sont plutôt sympathiques. Petite satisfaction toutefois: Noémie a eu la bonne idée de raser totalement la tête de Norbert. Voilà une bonne chose de faite.

Pour les deux restos restant en compétition, j'ai pas bien compris. Tabata et Jean ont servi un poisson immangeable et un dessert pas cuit et cramé au chalumeau, alors que les plats de Carl et Cyrille ont eu l'air de bien plaire. Et pourtant ces derniers ont perdu à l'unanimité des 16 voix. Hard core. Je pense que le minois de Tabata y est pour quelque chose, mais je suis peut-être mauvaise langue...

En dernière chance donc, on avait Carl, Cyrille, Noémie et Norbert qui, une fois de plus, devaient cuisiner des oeufs. J'ai l'impression que Top Chef a un partenariat avec un éleveur de poules. J'ai pas regardé jusqu'au bout, mais j'ai lu ce matin que Carl avait été éliminé. Dommage je l'aimais bien, moi, ce belge bizarre.

Il nous reste donc 5 survivants. Ca commence à être serré pour les pronostics. J'attends désespérement la chute de Jean, wait and see...