Oui je sais je ne poste que du Top Chef par ici en ce moment. Désolée si t'aimes pas trop ça. En plus ils annoncent le retour de Koh Lanta le 6 avril, rohlala ce blog prend vraiment une sale tournure il va falloir que je réagisse (bon déjà je t'épargne The Voice, c'est déjà pas mal nan?!)

Allez, j'te fais quand même mon (long) résumé d'hier, ne serait-ce que pour ma copine Caro qui s'est endormie avant la fin de la première épreuve (héhé!).

La première épreuve, donc, consistait à cuisiner par équipe et en relais un produit simple et de bon goût, du chorizo, sous la houlette de 3 chefs basques spécialistes de la chose (dont un particulièrement canon, grrrr). D'aucun diront que c'est un produit espagnol, mais bon on va pas chipoter, ni se fâcher avec des basques, ouhla non hein. J'adore l'ossau-iraty les gars, pas taper.

Dit comme ça, le concept de la première épreuve peut paraître anodin. Erreur! Tu te doutes bien qu'une règle tordue se cache quelque part (si tu t'en doutais pas, je dirai que tu n'as pas très bien lu mes précédents résumés, vilain garnement). Oui parce qu'en fait, ils sont encore 7 en lice, les candidats. Ah ben alors comment on fait pour former des équipes avec un nombre premier comme ça? (Petit aparté: la notion de nombre premier est le seul reste que j'ai gardé de mes trop nombreuses années d'école où j'ai dû subir des cours de maths. Avec les produits en croix. Alors bon, je les cale quand je peux dans la conversation, vois-tu).

Et bien la réponse est toute simple: y'en a un qui se fait baiser léser. En fait au départ le tirage au sort a désigné Noémie et Carl pour commencer l'épreuve du relais, puis au bout de 30 min ils devaient passer le témoin à un autre candidat de leur choix, etc. Et donc à la fin il en restait un sur le carreau. Ouais, comme à l'école quand t'es nul en gym et que personne ne te prend jamais dans son équipe. Ca a d'ailleurs fait resurgir des souvenirs chez Julien qui n'en rate jamais une pour rappeler à quel point il était un vilain petit canard, et que maintenant il est au top du top et que ça leur fait bien les pieds à tous ceux qui l'ont forcé à éplucher des patates (ouais faut pas exagérer mec, t'es juste à Top Chef quoi. Où t'épluches toujours des patates d'ailleurs).

Donc, ben au final, qui n'a pas été choisi? Ouiiii, je te le donne en mille... Et ouais, c'est notre ami Norbert! Ce qui l'amène à émettre l'hypothèse qu'il est trop fort et que personne n'a voulu se mesurer à lui. Oui, ça doit être ça oui. Jean et Julien ont quand même eu chaud aux fesses parce qu'ils se sont rendu compte qu'ils n'avaient pas tellement d'amis en fait. Surtout Jean d'ailleurs, qui a répété à longueur d'émission qu'il n'est pas là pour se faire des potes. Parti comme ça, tu vas y arriver mon grand, y'a pas de doute.

Finalement c'est Noémie qui gagne l'épreuve. Elle a réussi le casse du siècle parce qu'elle n'avait jamais mangé ni cuisiné du chorizo et qu'elle a galéré pendant toute l'épreuve. Balèze, la petite. Jean s'offusque parce que son wok de légume n'a pas enthousiasmé les foules et Julien voit la victoire lui passer sous le nez. Aaaah, ça leur fait les pieds à ces deux-là.

L'épreuve suivante, à laquelle Noémie ne participait pas du coup, avait lieu au zénith d'Amiens. Les 6 candidats, divisés en équipes de 3, devaient préparer 1000 bouchées pour les spectateurs de la tournée des has been des années 90 (un spectacle présenté par Charlie et Lulu, tu vois le genre). Ils devaient impérativement utiliser 4 produits du Ch'Nord, comme l'éternel maroilles. Je tiens à rappeler qu'Amiens n'est pas du tout situé dans le Nord-Pas-de-Calais, mais en Picardie. Mais on n'en est en plus à une approximation géographique près, hein.

Enfin ça c'était le pitch de départ. Mais bien sûr les règles du jeu ont évolué au fil de l'épreuve, sinon c'est pas vraiment du Top Chef. En cours de route, la sympathique, gaie et souriante Chef Arabian est venue ajouter une épreuve "éclair" individuelle à nos candidats, consistant à cuisiner un plat typique de là-haut. Tabata et Julien ont loosé, ce qui les a envoyé direct à l'épreuve suivante. Tout en devant continuer à assurer l'épreuve en cours. Sympa le concept: tu trimes pour faire gagner les autres, alors que toi t'as déjà perdu. Il faut vraiment que celui qui fomente les épreuves consulte, parce que c'est un grand pervers.

Notre cher Norbert a kiffé l'épreuve: il a crié dans le micro, étouffé Larusso, tapé dans les mains du public, hurlé sa joie... C'était mignon comme tout. Un peu flippant aussi, mais on s'y fait à force. Les autres étaient un peu moins branchés show business, mais en même temps on comprend qu'ils n'aient pas très envie de s'afficher avec des gens qui vont voir Laam et Corona. Sauf Carl qui nous a fait un ptit duo avec Benny B, ils ont le groove ces belges.

Au final, c'est Jean, Julien et Cyrille qui remportent l'épreuve. Rah qu'est ce que je les aime pas ces trois-là. Julien doit quand même se farcir l'épreuve suivante, avec Norbert, Tabata et Carl. Ils devaient faire à manger  par équipes de deux à Benny B, Larusso (qui n'est plus rousse dis donc. Elle devrait s'appeler Labruno du coup) et les Worlds Apart, 3 vieux beaux couverts de fond de teint. C'est Tabata et Carl qui remportent l'épreuve, les plats de nos compères Julien et Norbert n'ayant pas évolué depuis les années 90 selon les Chefs. On notera que Larusso est une chieuse, parce qu'elle a réussi à trouver trop cuit du saumon qu'elle voulait trop cuit.

Et donc, l'ultime épreuve arrive: celle de la dernière chance (tatatin!). Qui oppose donc Norbert et Julien. Gros coup de blues pour les deux amis, parce qu'ils sont devenus trop des frères, tu vois. Ils sont dégouté de la life de tomber l'un contre l'autre, et vazy que je chiale, et vazy que j'te prends dans les bras. Ils se voyaient déjà en haut de l'affiche en finale ensemble. Ce qui serait revenu au même puisqu'ils auraient concouru l'un contre l'autre aussi, mais en plus y'en aurait eu un qui aurait empoché le pognon. Bref. Toujours est-il que pour marquer le coup, Norbert s'est tondu la tête. Enfin presque. Disons qu'il a laissé ses rouflaquettes et une sorte de grosse crête pas droite et mal taillée. Ca ressemblait à rien quoi, à part à lui-même peut-être. Ceci dit, s'il pouvait servir d'exemple à Jean ce serait pas plus mal. Jean, je te te le demande formellement: va te faire couper les cheveux nom de dieu!

Norbert a avoué avoir levé le pied sur cette épreuve pour laisser son poto gagner. Et malgré ça, il gagne quand même. Il va pouvoir faire un club avec Noémie.

Bye bye Julien! Tu me manqueras pas. Allez, c'est tout pour aujourd'hui, j'en ai fini avec ce long pavé.

Tiens, l'histoire ne dit pas ce qu'est devenu Thierry Marx. Il doit faire la vaisselle avec son produit miracle. Ou alors c'est Norbert qui lui a tondu le crâne et il n'ose plus sortir de chez lui.