Bon mon ami, aujourd'hui je ne te gratifierai pas de mes commentaires caustiques et pimentés sur le dernier épisode de Top Chef, pour la simple et bonne raison que je ne l'ai pas vu. Rassure toi, si je me motive sur le replay ce soir, tu devrais avoir mon résumé demain.

Oui en fait à la place j'étais devant Arte. Ah ça t'en bouche un coin hein? Que veux-tu c'est plus fort que moi, quand y'a un Hitchcock qui passe, je peux pas m'empêcher de le regarder. Enfin là c'était même 3 pour le prix d'un vu que la veille ils ont passé "La maison du Docteur Edwardes" (dans lequel il est beaucoup question du Docteur Edwardes mais pas du tout de sa maison, je m'interroge sur la pertinence de ce titre français) et hier soir "L'ombre d'un doute" et "Cinquième colonne". Et comme d'habitude je me suis bien régalée, surtout que dans le premier y'avait un Gregory Peck tout jeunot et toujours aussi canon. Raaaaah Gregory...

Ca me fait penser que ça fait longtemps que j'ai pas fait un point cinéma sur ce blog. En même temps, ça fait un bail que je ne suis pas allée au ciné faut dire, à part dernièrement pour voir "Sherlock Holmes" qui est sympa mais pas mythique.

Ca ne m'empêche pas de regarder des films quand même, hein.

Et récemment, j'en ai vu plein de vraiment bien. Ca me change des bouses habituelles.

Par exemple, on a regardé un OVNI norvégien nommé fort à propos "Troll hunter". Tout est dit dans le titre, y'a pas vraiment de surprise sur le pitch mais la réalisation est assez sympa et ça sort un peu des sentiers battus (avec un petit air de Blair Witch toutefois, en moins flippant quand même). Si t'as rien contre la Norvège ni contre les trolls (les vrais, pas ceux des blogs), je te le conseille.

Dans un autre genre, je te recommanderai aussi "Avant l'aube". Alors là pour le coup le titre est complètement trompeur. Non, il ne s'agit pas d'un énième film de vampire, mais d'un thriller français avec Bacri en tête d'affiche. Je dois dire que globalement l'histoire n'est pas forcément très captivante et y'a même quelques moments d'ennui mais les relations entre les personnages sont assez subtiles, et je pense que c'est pour ça que j'ai bien aimé. Mention spéciale à Vincent Rottiers, dont le personnage antipathique au départ gagne en intensité tout au long du film jusqu'à devenir vraiment bouleversant à la fin (avec des yeux bleux d'une intensité...aie aie aie!)

Et surtout, j'ai complètement fondu pour "La piel que habito" de Pedro Almodovar. Et j'en suis bien contente, parce que ça faisait bien longtemps que je n'avais pas apprécié un film du Pedro, alors que, comme tu ne l'ignores pas, je suis une immense fan de "Talons aiguilles" et de "Tout sur ma mère". "La piel que habito" est un film très étrange et bien tordu, avec plein de pistes de lecture et d'axes de réflexion. Il est très difficile de s'identifier à un des personnages tellement ils sont pétris d'ambiguité mais au final je dois dire que c'est vraiment une claque de cinéma que tu te prends en pleine figure. Je te fais grâce d'une analyse plus poussée pour ne pas te spoiler mais enfin tu l'auras compris j'ai vraiment adoré ce film.

Enfin voilà quoi.

Rassure toi, j'ai aussi regardé The Voice samedi soir.