Bon bah t'as l'habitude maintenant, comme tous les mardis, petit debrief de l'épisode de Top Chef d'hier soir. J'ai l'impression que cette rubrique n'intéresse que moi, vu ton absence de réaction manifeste, mais qu'importe, c'est mon blog après tout. Je ne suis pas payée pour être consensuelle. Tiens je vais te dire je ne suis même pas payée pour bloguer d'ailleurs, ce qui est une honte si tu veux mon avis. Mais je m'égare, retournons à nos moutons.

Commençons par la première épreuve de Top Chef, ce qui me parait un bon angle d'attaque pour débuter. Il s'agissait pour nos chers candidats de cuisiner un plat en forme de déclaration d'amour pour un proche. Si c'est pas mignon ça dis donc. Si tu veux mon avis, M6 a dû chercher du côté de Koh Lanta quelques pistes pour fomenter une épreuve "émotion", parce qu'on avait quand même quelques frappantes similitudes avec l'émission des survivors: des proches qui viennent le temps d'un épisode, des lettres qu'ils ont écrites au candidat de leur coeur, des violons en fond sonore, et bien sûr à la clé une nuit à deux dans un super palace. Y'a comme un air de déjà vu ailleurs non? Enfin bref, tout était fait pour que chacun verse sa petite larme, et ceux qui ont un coeur sec comme une pierre n'ont pas eu l'heur d'être suivis par la caméra. Par exemple, exit Juan et sa chérie, à qui on n'a jamais donné la parole. En revanche, gros plan sur Noémie et sa maman: gros potentiel lacrymal à elles deux, du pain béni pour la prod. En revanche, ladite prod n'a visiblement pas eu envie de se fendre d'un traducteur, puisque le père de Denny est resté étrangement muet.

Et au milieu de toute cette émotion dégoulinante, c'est finalement Cyrille qui a remporté l'épreuve, ce qui m'a un peu rassuré sur ses capacités culinaires. Je commençais à me poser des questions à son sujet. On peut aussi noter que pour une fois Cyril Lignac a servi à quelque chose dans cette émission, puisqu'il a désigné le vainqueur.

La seconde, et dernière épreuve en fait, s'est avérée nettement plus ardue, et plus cruelle aussi on peut le dire, puisqu'il s'agissait d'une succession de "petites" épreuves toutes plus tordues les unes que les autres, durant plusieurs heures d'affilée. Chaque gagnant pouvait partir la tête haute, laissant les autres continuer à trimer sur le prochain défi.

Je retiendrai de cette épreuve, notamment, que les Chefs Piège et Arabian sont un peu des enfoirés. Le premier demande aux candidats de saler une viande sans sel, et nous montre sa propre réalisation: une pièce de boeuf marinée dans de la sauce soja. Quand il doit apprécier les réalisations des candidats, il descend ceux qui ont utilisé de la sauce soja parce que c'est une solution de facilité! Hmmm oui ok. Guilaine Arabian, qui a concocté une épreuve impliquant de n'utiliser que des légumes, nous montre sa propre réalisation dans laquelle elle a ajouté, l'air de rien... un oeuf. Fair play. On peut d'ailleurs dire que cette seconde partie de soirée était placée sous le signe du légume, puisqu'on en a eu à tous les étages. Sauf pour l'épreuve du Chef Constant, lamentablement foirée par la plupart des candidats qui ne sont même pas fichus de faire cuire des oeufs. Enfin bref. A chaque défi, Julien était persuadé de gagner parce qu'il avait mijoté un plat d'enfer, et à chaque fois il a loosé ce qui m'a fait bien marrer. Carl est toujours un peu bizarre, mais il est toujours belge aussi faut dire.

Bon voilà en gros ce que j'ai retenu. Finalement, Florent fait définitivement sa valise, plus de Medhi pour lui sauver la mise cette fois-ci. Vivement la suite!

Ah au fait: bonne Saint Valentin! Allez j'te mets un gros coeur pour fêter ça.

Bonne Saint ValentinPeace and love, brotha.