Alors hier soir, bien évidemment, j'ai regardé Top Chef. Mais bon, j'avoue que le coeur n'y était pas vraiment. Pourquoi? Parce que quand on est rentrés hier soir à la maison, la canalisation avait gelé et donc on n'avait plus d'eau. Voilà, tu comprends un peu mon désarroi.

Alors bon, vivre sans eau une soirée, tu me diras c'est pas la mort non plus, hein. Ca m'a rappelé ma jeunesse quand je trainais dans les festivals, 3 jours sans prendre de douche, l'été, la bonne ambiance et la musique en moins. Bon tu me diras on risquait pas de crever de soif parce qu'on a du vin et du whisky, tu vois on se laisse pas abattre. Mais bon c'est quand même chiant d'aller pisser dans son jardin par -12°C parce que tu peux plus te servir de la chasse d'eau. Que même ton jardin il est tout blanc et que la lune éclaire tout et que la maison de ton voisin donne direct dessus. C'est chiant aussi de pas pouvoir se laver correctement, le débarbouillage au gant de toilette ayant ses propres limites que tu comprendras aisément j'en suis sûre. Mais le plus chiant, je vais te dire, c'est surtout de ne pas savoir quand ce putain de froid va partir et que les températures vont remonter. Parce que même si, ô miracle, on trouve un plombier dispo pour nous dépanner, ça risque fort de nous refaire le coup 2 jours après. D'autant que ça a gelé pendant la JOURNEE, tu le crois ça? Le matin tout va bien, et le soir, pouf, plus d'eau.

Du coup j'ai passé la soirée à faire des calculs savants dans ma tête, en me demandant au bout de combien de jours sans douche on attrape des mycoses et on sent le bouquetin. Et je me disais aussi que si l'électricité nous lâche à son tour, et ben on allait crever de froid, là comme ça dans notre propre maison. Enfin bref, voilà un peu mon état d'esprit en regardant Top Chef. On est bien peu de choses quand même sans notre confort moderne.

Allez, trêve de complaintes, petit résumé de l'épisode d'hier soir.

Commençons par le commencement: le retour de Adolf-Fanny et de Pierre-Sang-le-mollusque, deux candidats de l'année dernière (que je ne portais pas spécialement dans mon coeur, tu l'auras deviné). J'ai bien cru que personne ne voudrait s'affronter à eux, mais finalement Medhi et Denny lèvent courageusement la main pour se jeter dans la gueule du loup. Comme Top Chef, c'est bien connu, est une émission égalitaire où tous les candidats peuvent concourir à armes égales, les anciens avaient eu plusieurs semaines pour peaufiner leur recette, tandis que leurs valeureux challengers ont dû se débrouiller tant bien que mal avec un panier garni imposé, le tout en 1h30 (ou 1h je sais plus). Sans grande surprise, Medhi et Denny ont lamentablement loosé: envoi direct à la case prison dernière chance sans passer par la case départ.

Hop, ça c'est fait.

Pour les autres, deux épreuves possibles, même si j'ai pas très bien compris les critères de répartition: refaire un plat goûté à l'aveugle, ou cuisiner pour des mariés/pacsés.

L'épreuve du plat à l'aveugle était plutôt sympa à suivre, même si, comme dirait Norbert, notre philosophe des fourneaux, le Chef Piège portait bien son nom sur ce coup-là puisque c'est lui qui a concocté le plat à reproduire. Le coup de l'oeuf cuit dans le sel m'a bien fait marrer, mais globalement on peut dire que les 2 plats se valaient. Dommage pour Ruben-Tabata-Florent, j'avais envie que ce soit eux qui gagnent. Oui, parce que Julien m'énerve toujours autant en fait. Et Jean aussi, au passage. Et Cyrille, malgré son étoile au Michelin, a l'air complètement perdu dans une cuisine. Enfin bon, ils ont gagné quand même.

Ensuite, l'épreuve des plats des mariés/pacsés. Là pour le coup je n'ai pas trouvé de réel intérêt à cette épreuve. Bon ok, le château est magnifique, les différents couples de tourtereaux mignons comme tout, mais à part ça, c'était pas très palpitant. Noémie et Carl ont séduit les chefs mais pas les amoureux, ça leur suffit malgré tout à remporter l'épreuve. On peut noter que Carl est toujours aussi bizarre, c'est un peu l'OVNI de cette saison. Mais c'est sûrement parce qu'il est belge.

Pour finir, donc, l'épreuve de la dernière chance. Ca se bouscule au portillon puisqu'ils sont quand même 7 à tenter de sauver leur peau dans un combat à mort avec un lapin (NB. la semaine dernière, des fruits de mer, cette semaine du lapin: c'est un complot contre mon bon goût j'ai l'impression. Si la semaine prochaine ils doivent "sublimer" des escargots, j'arrête de regarder la dernière partie de l'émission). Florent a chuté sur cette épreuve, mais il sauve sa peau grâce à Medhi qui fait du boudin et qui s'en va. Parce que Medhi, il aime pas trop ça qu'on le critique, alors il préfère partir comme un prince. Ou presque.

RDV la semaine prochaine pour la suite de ces aventures. Si j'ai pas crevé d'ici là.