Previously on "Le blog du diamant fou", je t'informais de mon engouement récent pour Koh Lanta, la télé réalité des malnourris. Et donc, vendredi soir j'étais fidèle au poste de télévision, confortablement avachie installée dans mon canapé, sous un plaid moelleux en polaire (mais crado, on ne lave pas assez ses plaids non?), avec du chocolait au lait praliné noisettes dans une main et une infusion verveine dans l'autre. Et surtout: sans mec, parti ramasser des noix sous le joug parental. Le pied quoi. Le contexte idéal pour regarder des affamés dormir par terre sous des branchages et se battre pour bouffer des mini-crabes et des sauterelles.

Je vais pas te faire un topo complet parce que là n'est pas l'objet de ce post. J'en retiens juste qu'il y a définitivement quelque chose de pourri au royaume des jaunes (mais quoi?) et que j'ai méga kiffé le moment où Maxime-le-fourbe a montré son collier en coquillage miteux qui n'est même pas assez grand pour passer une tête dedans. Gros cerveau ce Maxime, mais petite jugeotte. Allez Olivier-Sherlock et Gérard-Watson, encore un petit effort de cogitation, vous n'êtes pas loin de découvrir le poteau rose.

Non, aujourd'hui, je voudrai te parler de ce que j'ai vu APRES Koh Lanta. Une magnifique émission dont j'avais juste entendu quelques vagues rumeurs jusqu'à présent mais que je n'avais pas eu le droit eu l'occasion de découvrir de visu : "Lamour est aveugle". Oui, là encore j'ai deux trains de retard. Mais il n'est jamais trop tard pour rattraper ses erreurs passées n'est ce pas?

Tout est mythique dans cette émission: le présentateur pseudo-poète qui t'endort au bout de deux phrases (ce bellâtre est le mec de Claire Chazal, quelle cougar celle-là), la maison super moche, et surtout les candidats quoi.

Alors au menu de vendredi dernier, il y avait un mec à guitare et aux cheveux gras qui n'a pas connu l'amour depuis 20 ans (comprendre: un gros affamé du cul ou un impuissant), une shampouineuse narcissique qui fait 5 poses à la seconde, un mec "timide" (comprendre: moche), une métisse insupportable au cheveu sur la langue très prononcé, une fille "rigolote" (comprendre: moche), et un ancien maigre méga bodybuildé avec chemise ouverte et picots sur la tête (seriously? on est en 2011, mec). C'est la cour des miracles, j'te jure.

Bon, le but est de les mettre dans le noir avec beaucoup d'alcool et voir comment tout ça interragit. Grosso modo. Et là, la rencontre improbable: Caroline la moche et Benjamin le bodybuildé fusionnent grave, grosse poilade derrière mon écran! Tiens jette un oeil par là si tu veux en voir d'avantage (et crois moi, tu VEUX en voir d'avantage. Si, vraiment).

Anne-Laure la métisse est super déçue parce que Didier est vieux, chauve et kiffe les brocantes. Je la comprends, quelque part.

Fabrice le cheveu gras tripote partout Julie la coiffeuse, ce qui la rend irritable. Je la comprends aussi, quelque part.

En cours de route, pour une raison inexpliquée, ils rajoutent un mec et une fille, genre méga canons et plutôt normaux (enfin disons un peu plus que les freaks précédents). La fille (une italienne méga hot) "choisit" l'artiste maudit aux cheveux gras, et le mec (mannequin le jour et commercial la nuit, ou inversement proportionnel) "choisit" la coiffeuse amoureuse d'elle-même. Sauf que bon, ça sentait un peu le coup fourré tout ça. A part Caro et Benji, on n'a pas ressenti vraiment de coup de foudre chez tous ces braves gens. Au passage, big up à Benjamin très classe et gentleman quand il a découvert que Caroline était un laideron, j'avoue qu'il m'a bluffée là.

Du coup, mes soupçons se sont confirmés à la lecture de cet article. Cette émission est donc du gros pipeau. C'est pas comme si on s'en doutait un peu, remarque. Et ça m'empêchera pas de regarder (enfin si j'arrive à outrepasser le véto masculin), parce qu'il est bon de rire un peu en ces temps moroses, surtout en se foutant de la gueule des gens qui passent à la télé. Et toujours avec du chocolat au lait praliné noisettes.